Le travail du metteur en scène avec les commissions de l’association

Le travail du metteur en scène avec les commissions de l’association

Tu nous as expliqué comment la commission artistique cherche un projet de spectacle. Que se passe-t-il ensuite pour mettre en œuvre ce projet ?

Dès que nous avons arrêté le choix du projet de spectacle avec la commission artistique, nous le soumettons au Conseil d’Administration de l’association. Toutes les commissions y sont représentées.
Le CA vote. S’il accepte le projet tel quel, c’est parti ! Sinon, nous devons revoir notre copie. Quand tout est arrêté, la machine se met en route. Avec chaque commission, nous prenons rendez vous.
Tout d’abord, nous recherchons un lieu pour jouer, différent pour chaque spectacle. La recherche de financement (institutionnels, entreprises, particuliers…) est prise en charge par le président et les membres du CA.

Les commissions qui gravitent le plus autour de la mise en scène sont la technique, les décors, les costumes. Comment travailles-tu avec chaque commission ?

Avec les décorateurs, je leur expose ce que nous souhaitons comme décors, Régine Picot qui est assistante metteur en scène et moi-même. Chacun apporte son idée sur la réalisation. Je passe les voir régulièrement à l’atelier à Gorges. C’est aussi l’occasion de partager avec eux des moments conviviaux. Les décors, c’est aussi une ambiance à recréer, avec des accessoires à dénicher.
Nous pouvons être amenés à travailler avec des partenaires en dehors de l’association ; par exemple pour le Songe d’une Nuit d’Été (2016), nous avons demandé à des étudiantes de l’école d’architecture de Nantes spécialisées en scénographie de nous établir un projet.
Avec les costumières : lors d’une première rencontre, nous établissons un cahier des charges ; en l’occurrence pour ce spectacle il y a 83 costumes à prévoir -y compris les accessoires-, dont un nombre important qu’elles réalisent. Puis nous nous revoyons une à deux fois au cours de la réalisation et lorsqu’elles organisent les essayages ; il y a toujours quelques réajustements. Elles prennent aussi en charge la coiffure et le maquillage lors du spectacle.
Avec la technique, son et lumières. Avec Régine, nous échangeons avec Georges Couturier qui est l’ancien directeur technique de la salle du Grand T à Nantes et qui nous aide bénévolement ; en fait, c’est lui le créateur lumière. Ensuite, nous rencontrons avec Georges l’équipe technique de l’association ACDC de La Planche ; Jacky, le responsable de la commission, est aussi là et nous voyons ce qui est réalisable ou pas et les conditions financières. Plusieurs rencontres sont nécessaires tout au long de la réalisation du spectacle et de nombreux échanges de mails et téléphoniques ; c’est compliqué la technique, d’autant que nos spectacles sont toujours exigeants à réaliser.
C’est Régine qui cherche les musiques et me les soumet ; elle gère la partie son, y compris durant le spectacle.
Les contacts avec les autres commissions (intendance, communication, finances) se font occasionnellement ou lors de la réunion mensuelle du CA.
Il faut bien entendu chercher les fournisseurs les mieux placés, ce sont les responsables de commissions qui s’en chargent. Évidemment l’avis du metteur en scène est demandé ; tout est toujours validé par le CA.
Des réalisations de spectacles de cette importance demandent beaucoup de monde, de contacts, d’échanges passionnants, d’énergie et de temps ; au bout du compte, c’est toujours un réel plaisir de chercher des solutions et de réaliser de tels spectacles. Peu de metteurs en scène ont cette chance-là, je me le dis souvent.

 

Emmanuel

Les commentaires sont clos.